Château de Saumur

Château de SaumurLe château de Saumur est construit sur une hauteur qui commande la vallée de la Loire. Saumur est à l'origine un site fortifié. Une tour maîtresse de...

Le château de Saumur est construit sur une hauteur qui commande la vallée de la Loire. Saumur est à l’origine un site fortifié. Une tour maîtresse de plan carré occupait le coteau au 11ème siècle. Il subsiste de cette première construction, le niveau bas qui correspond à la salle voûtée située sous la cour, et une face intégrée dans la façade du corps de bâtiment situé à droite de l’entrée. Au XIIIe siècle, on construit autour de ce « donjon » une enceinte carrée, cantonnée de quatre tours rondes dont la partie inférieure existe encore et est bien visible.
riches_heures.jpgDans la deuxième moitié du 14ème siècle, Louis 1er d’Anjou, frère de Charles V et de Jean de Berry, transforme cette forteresse médiévale en un château plus élégant. Le château de Saumur fut, à cette époque, immortalisé par le livre d’heures des «Très riches heures du duc de Berry».
Cette peinture, qui illustre le mois de septembre, représente une scène de vendanges, et au second plan, le château de Saumur. Nous pouvons donc nous faire une idée précise de l’état de l’édifice au XVe siècle. On peut voir toutes les parties hautes du château se découper sur un ciel bleu en un couronnement somptueux : les parapets crénelés, les toitures, les cheminées, les lucarnes, les girouettes au fleurs de lys dorées.
Tous ces ornements ont disparus aujourd’hui. Les chemins de ronde ont été couverts, et cette modification a fait disparaître les crénelages des parapets.
Toutefois, en entrant dans la cour du château, on peut encore comprendre le luxe de la demeure du duc d’Anjou. Louis 1er fait détruire la tour carrée qui trône au centre de la cour pour créer de l’espace. Ce geste est novateur si l’on songe que l’habitude de conserver le donjon à proximité du château neuf se prolonge jusqu’au XVI siècle : il faut attendre 1528 pour que François ler décide de détruire la vieille tour circulaire qui encombre le Louvre.
Mais la motivation de Louis 1er d’Anjou est de rendre plus confortable sa résidence. Il fait, par conséquent, agrandir le corps de logis situé au fond de la cour, en faisant construire des galeries à plusieurs niveaux qui reposent sur des arcades ouvertes au rez-de-chaussée. Ces galeries desservent le logis et facilitent la circulation.
Au fond de la cour, se trouve un escalier en vis, légèrement hors œuvre, ouvert en loggias et décoré de niches à dais destinées à recevoir des statues. Cet escalier conduisait à une salle de l’aile gauche qui n’existe plus de nos jours.
Saumur présente une parenté avec le Louvre de Charles V où se trouve un escalier similaire.
La grande période du château de Saumur prend fin à la mort de René d’Anjou en 1480. C’est à cette date, sous Louis XI, que le château de Saumur entre dans le domaine royal.

À la fin du 16ème, époque à laquelle le château de Saumur redevient forteresse, et au 17ème siècle, la ville de Saumur atteint son apogée. C’est l’un des grands foyers du protestantisme. Henri III la donne comme place de sûreté au roi de Navarre. Le futur Henri IV y installe comme gouverneur Duplessis-Mornay, grand soldat, grand lettré et fervent réformé. Celui-ci, que les catholiques appellent le « pape des Huguenots » fonde dans la ville une Académie protestante qui acquiert un grand renom. La Révocation de l’édit de Nantes (1685) porte un coup fatal à Saumur bon nombre des habitants s’expatrient. Bien que l’école de cavalerie et le commerce des vins aient redonné de l’activité à la ville, elle compte encore 7 000 habitants de moins qu’au 17ème siècle.

Aujourd’hui le château abrite, dans les anciens appartements des Ducs d’Anjou, une collection d’arts décoratifs et, sous les combles aux voûtes en forme de carène de navire, un musée du cheval consacré au harnachement à travers le monde, de l’antiquité à nos jours.

Musée d’Arts décoratifs.

Formé en partie par la collection Lair, il présente un bel ensemble d’œuvres d’art du Moyen Age et de la Renaissance : émaux de Limoges, sculptures sur bois et albâtre, tapisseries, meubles, peintures, ornements liturgiques et une importante collection de faïences et de porcelaines tendres françaises des 17e et 18e s. parmi des meubles et des tapisseries de la même époque.
Parmi les tapisseries des 15e et 16e s. autrefois exposées dans l’église Notre Dame de Nantilly, remarquer le Bal des Sauvages, le Retour de chasse, le Sacre de Vespasien et la Prise de Jérusalem; les deux dernières font partie de la tenture de l’Histoire de Titus.

Musée du Cheval.

Il évoque l’histoire du cheval à travers les âges et 1es pays. À remarquer particulièrement les collections de selles, de mors, d’étriers, d’éperons et une belle série de gravures. Du haut de la tour du Guet, on peut admirer un beau panorama sur la ville, les vallées de la Loire et du Thouet.

©37-online

Be the first to comment on "Château de Saumur"

Leave a comment

Your email address will not be published.

*